Le château

Histoire du Château    

Les premières citations du château Saint Anne apparaissent dès 1010. Cette citadelle tenue par les comtes de Forez se dresse face au repaire des Couzan. Durant la guerre de Cent Ans, elle subit les assauts de routiers. Vers 1450, avec son donjon, sa double enceinte crénelée et sa chapelle Sainte-Anne, le château a belle allure. Il est alors tel qu’on le voit dans l’Armorial de Guillaume Revel. 

Siège d’une vaste châtellenie, il est démantelé par Richelieu Au 17éme Siècle. Il ne reste alors que quelques masures éboulées de la clôture, plusieurs pierres du bastion et une petite chapelle sous le vocable de sainte Anne. Ce n’est que bien plus tard qu’il est racheté par un riche propriétaire Stéphanois : Hyppolite de Sauzéa. Celui-ci fait reconstruire le Château… à sa manière. Il mélange hardiment styles et matériaux. L’enceinte avec ses tours à gorge mêle la brique et le basalte… Des tours, des lanternons s’élèvent. Les critiques sur la restauration pleuvent, M. de Sauzéa y répond vertement, mais il ne pourra achever son oeuvre, puisqu’il décède en 1883.

Le château passe ensuite aux hospices de Saint-Étienne. Il est l’objet de procès. Finalement, il reste inachevé, laissé à l’abandon, il redevient une ruine : « Un tas de pierre sous un tas de ronces » dira-t-on. 

Une SCI qui en devient propriétaire se constitue pour préserver ce qu’il en reste. Dans les années 1980, la SCI le loue pour y voir les premiers spectacles de rapaces. Petit à petit, le château est remis sur pied et chaque année la SCI et l’association Adamas organisent des chantiers.